Eclairage Public

PAGE EN COURS DE CONSTRUCTION

De nombreux points lumineux de la commune ne fonctionnent plus depuis plusieurs mois, comme notamment les 7 réverbères du plan de ville, du bois des lièvres au restaurant le 16’art.


C’est tantôt une armoire é́lectrique qui est défaillante, tantôt une ampoule qui est grillée, tantôt une dé́térioration du réseau électrique qui sont à l'origine des problèmes.

Tous ces dysfonctionnements ont été signalés au service qui assure l’entretien de notre éclairage public, à savoir Bouygues-Electricité, pour le compte du SEDI. 4 visites d’entretien doivent être effectuées chaque année. Après la troisième visite en juillet, celle de ce mois de décembre sera la dernière de l'année 2017.

Avec le syndicat des Energies de l’Isère (le Sédi) , nous préparons actuellement la mise en oeuvre d'un plan sur trois ans pour rénover complètement l’éclairage public de notre commune.

En effet à l’heure actuelle ce sont 58% des 34 coffrets électriques qui ne sont pas sécurisés ou conformes à̀ la réglementation, 46% des 180 points lumineux qui sont vétustes ( les lampes des ballons fluorescents, ne se fabriquent plus et consomment beaucoup d'énergie)

Après deux réunions publiques (24 juillet et 6 septembre 2017) un petit groupe de cinq Chartroussins volontaires élabore
actuellement ce plan d'action, pour le proposer prochainement aux élus du Conseil Municipal

Ce plan de rénovation prendra en compte à la fois des considérations d’ordre sécuritaire, économique, environnemental et
touristique.

 

Entrez votre adresse mail puis appuyez sur Entrée pour vous inscrire

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez directement dans votre boite mail les infos de la vie du village ! 

ATTENTION: Rappel Coronavirus

il y a 5 jours

Chartroussines et Chartroussins,

 

En application de l’état d’urgence sanitaire en vigueur pour lutter contre la propagation du coronavirus et pour protéger les anciens et les plus fragiles, je vous invite à respecter scrupuleusement les gestes barrière et la distanciation sociale, qui sont les moyens les plus efficaces.

 

La Chartreuse n’est pas préservée, et le risque existe, d’autant plus dans le contexte actuel où le pic de l’épidémie approche.

Face aux infections, il existe des gestes simples pour préserver votre santé et celle de votre entourage :

Si vous avez des symptômes (toux, fièvre), vous devez rester à domicile, éviter les contacts, et appeler le cabinet médical du village (Fanny Arnoux ou Luc Rossary / 04 76 56 73 80 et 04 76 88 81 81)

Qui est considéré comme une personne « à risque » ?

Quel comportement individuel adopter face au Coronavirus ?

Si je n’ai pas de symptômes j’applique les gestes barrières (je me lave les mains très régulièrement, je tousse et j’éternue dans mon coude, j’utilise des mouchoirs à usage unique, je salue sans serrer la main et j’évite les embrassades Je réduis mes sorties au strict nécessaire : travail (si télétravail impossible), courses et visites médicales indispensables.


Si je n’ai pas de symptômes mais que je vis avec une personne malade du COVID-19 : je m’isole à domicile, je réduis strictement mes sorties sauf pour ravitaillement alimentaire, j’applique rigoureusement les gestes barrières (je me lave les mains très régulièrement, je tousse et j’éternue dans mon coude, j’utilise des mouchoirs à usage unique, je salue sans serrer la main et j’arrête les embrassades), je prends ma température 2 fois par jour et j’auto-surveille les symptômes de la maladie, je fais du télétravail. Je suis les recommandations sanitaires d’isolement à domicile disponibles sur le site du ministère de la Santé.

Si j’ai des symptômes évocateurs de COVID 19 (toux, fièvre) : j’appelle mon médecin traitant ou un médecin par téléconsultation, je n’appelle le 15 que si j’ai des difficultés respiratoires ou si j’ai fait un malaise, je m’isole strictement à domicile. Je me fais tester uniquement si je suis une personne fragile ou à risque, si je présente des signes de gravité, si je suis déjà hospitalisé, si je suis un professionnel de santé, si je suis une personne fragile en structure collective (EPHAD, handicap). Si je n’appartiens à aucune de ces catégories, un médecin effectue le diagnostic sur signes cliniques. Les tests en ambulatoire sont possibles. Les tests en ambulatoire, avec prélèvements à domicile, sont possibles. Si je n’appartiens à aucune de ces catégories, un médecin effectue le diagnostic sur signes cliniques.

Si je suis testé positif ou si je suis diagnostiqué cliniquement : je reste strictement à domicile, si j’ai un rendez-vous médical indispensable je porte un masque pour m’y rendre. En cas de difficulté respiratoire, j’appelle le 15. Je me fais prescrire un arrêt de travail par mon médecin. Selon ma situation, je m’auto-surveille, ou mon médecin met en place un protocole de surveillance. J’applique les consignes de maintien à domicile, pour me protéger moi et mes proches, disponibles sur le site du ministère de la Santé. Mon isolement strict sera levé quand mon médecin confirmera ma guérison.

Si je suis testé négatif, je continue d’appliquer les gestes barrières (je me lave les mains très régulièrement, je tousse et j’éternue dans mon coude, j’utilise des mouchoirs à usage unique, je salue sans serrer la main et j’arrête les embrassades) et continue de limiter mes déplacements au strict nécessaire (travail si le télétravail est impossible, courses, visites médicales indispensables).

Faut-il désinfecter les surfaces ? 
Oui. Les produits de nettoyage et désinfectants couramment utilisés (eau de Javel, éthanol 70%...) sont efficaces contre le COVID-19. En plus du nettoyage régulier, les surfaces qui sont fréquemment touchées avec les mains doivent être nettoyées et désinfectées deux fois par jour, notamment lorsqu’elles sont visiblement souillées. Il s’agit par exemple des poignées de porte, des boutons d’ascenseur, des interrupteurs d’éclairage, des poignées de toilettes, des comptoirs, des mains courantes, des surfaces d’écran tactile et des claviers.

En application de l’état d’urgence sanitaire, les déplacements sont interdits sauf dans les cas suivants et uniquement à condition d'être munis d'une attestation pour :

[1] Y compris les acquisitions à titre gratuit (distribution de denrées alimentaires…) et les déplacements liés à la perception de prestations sociales et au retrait d’espèces

Les infractions à ces règles seront sanctionnées d’une amende de 135 euros avec une possible majoration à 375 euros et 1 500 euros en cas de récidive.

 

Comptant sur votre compréhension, dans votre intérêt et celui de tous,

Stéphane Gusmeroli

Maire de Saint Pierre de Chartreuse

x
Votre navigateur n'est pas à jour !

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web, surfer plus rapidement, et plus sereinement ! Mettre à jour maintenant

×

Top